Premiers retours de lecture....

Premiers retours de lecture....

Stéphanie DESTREE & François Xavier TORRE

Bon : dire que j'ai adoré serait un peu réducteur, c'est pourtant le cas... j'ai directement commencé par le texte, sans lire le descriptif des personnages, ni le résumé. J'ai plongé à deux pieds dès les premières lignes, je suis quelqu'un de très visuel et quand j'arrive à voir (imaginer) ce que je lis, c'est gagné... bref, dès les premières lignes, je me suis retrouvée plus de 50 ans en arrière, dans un bon polar des années 60, sombre, brumeux... les personnages les plus typés sont le doc et l'inspecteur, mais c'est normal finalement... je me suis plue dans cet univers d'une famille bling bling mais bourrée de secrets, non-dits... J'ai été un peu déstabilisée par le chaperon rouge, mais au fil de la lecture, ce personnage m'est apparu plus clair et en même temps plus sombre, c'est difficile à expliquer en fait… Au final, cette pièce n'est pas ordinaire et quel plaisir ce doit être de la jouer !

Stéphanie Destrée - Comédienne amateur.
( Mariembourg, Namur, Belgique)
---------------------------------------------
Salut Wilfrid

J’ai donc lu ta dernière pièce « le diable… probablement ».

L’auteur de scénarios qu’il m’arrive d’être parfois te tire son chapeau.

Par contre, l’auteur de pièces reste sceptique au dit projet. Pas simple à mettre en scène les tableaux et changements de décors. Trop technique et j’ai même trouvé que « tu te compliquais l’existence » dans certains cas…

En l’état –à mon humble avis- seules les Cies Pros qui ont le budget technique pourraient la monter. Pour les amateurs j’ai beaucoup de mal à croire que c’est possible. Mais bon, qui peut savoir… Certaines cies peuvent trouver les bonnes idées pour compenser le coût de décors.

En dehors de ce point, le traitement est bien, même si perso j’aurai laissé le rythme de certaines scènes aller jusqu’à leur tension dramatique, sans coupure de scènes intermédiaires (qui casse trop le rythme justement, même si je peux comprendre que l’objectif c’est la respiration d’une scène pour un nouveau souffle).

L’allégorie du conte. Effet de miroir pour ma part. Au départ ça m’a fait penser aux « Cœurs » du théâtre classique qui résumaient l’acte précédent, ou annonçaient l’acte suivant, ou encore une étape supérieure à l’enjeu dramatique… Et puis au bout du compte, ce n’est plus le conte l’allégorie au thriller, mais l’inverse. Bien joué !

François Xavier Torre -Auteur-


lundi 27 novembre 2017

SCENOGRAPHIE



 Depuis que j'ai commencé à écrire pour le théâtre, cette pièce est la première qui comporte autant de lieux différents. Ils servent l'histoire mais peuvent être un obstacle pour une future mise en scène. Cet article est là pour aider à surmonter cette difficulté pour les troupes.

Lieux principaux en temps réel:
-       Le couloir et la salle d’interrogatoire du poste de police.
Lieux secondaires lors des flashbacks :      
 -  Le cabinet du Dr Bones.
-       l’hôtel particulier de Miss Pfeiffer
-       La passerelle d’un bateau à vapeur
-       La salle des ancêtres.
 
PENDANT LES CHANGEMENTS DE DÉCOR :
INTERLUDES avec LE PETIT CHAPERON ROUGE
A caser dans différents lieux de la salle parfois parmi le public


Les différents lieux et mobiliers nécessitent une logistique importante. 
Quatre solutions s’offrent ( il en existe peut-être d'autres mais en état ce sont celles qui me viennent à l'esprit) :
-       Une mise en scène abstraite. Qui fait du coup appel à l’imaginaire des futurs spectateurs.
-       Un théâtre avec un plateau tournant qui permet laisser en place les lieux principaux et de modifier les lieux secondaires.

 -   Des emplacements différents pour chaque lieu secondaire disposés dans la mesure du possible autour des gradins. L'inconvénient : les transitions entre certaines scènes peuvent nécessiter des déplacements supplémentaires qui ne sont pas dans le texte pour certains personnages.
-       Des panneaux amovibles mais qui nécessitent une main d’œuvre efficace et alerte. (Exemples de scénographie ci-dessous). 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire